L'Association "Qi Sport Santé" de Crémieu
L'Association "Qi Sport Santé" de Crémieu
Conseils en Alimentation. Séances Qi Gong/Taï Chi et Marche Nordique
Conseils en Alimentation.  Séances Qi Gong/Taï Chi et Marche Nordique

Michel de Lorgeril : les Vaccins

La protection conférée par les vaccins antiCOVID est-elle réelle ?

 17/11/2021

Comment fait-on pour savoir si un vaccin (ou un autre produit de santé) est efficace ?

Potentiellement utile ?

Il y a des méthodes archaïques ; par exemple, administrer le vaccin à une population (une fraction de cette population) et ensuite « observer » s’il existe une différence de pronostic entre les vaccinés et les non vaccinés.

Cette méthode ne vaut rien ; elle est source d’erreurs, d’illusions et de préjugés ; tous les professionnels le savent !

C’est ce que font pourtant les académiciens désœuvrés et les politiciens stupides ces jours-ci à propos des vaccins antiCOVID.

Cornaqués qu’ils sont par les ingénieurs de l’industrie des vaccins et les bureaucrates des autorités sanitaires internationales et nationales elles-mêmes sous la dépendance des industriels.

Il y a des méthodes modernes que tous les bons professionnels connaissent et qu’on peut résumer en une simple formulation : l’essai clinique randomisé en double aveugle !

Avec la COVID-19, un phénomène particulier est survenu : les industriels ont fait semblant de conduire des essais cliniques !

Et les académiciens, comme les autorités sanitaires (sans parler des gouvernants) ont fermé les yeux !

Ce n’est pas nouveau : cet effondrement de la rigueur scientifique en médecine est devenu habituel !

Mais les réalités finissent par s’imposer même aux plus myopes de nos supposés « experts ».

Ainsi, une agence internationale (Medscape), dont la réputation n’est plus à faire dans la série « désinformation en faveur du business », vient de malencontreusement déchirer le voile d’illusions qui contournent la question de l’efficacité de vaccins.

Sacrebleu ! Ça ne marche pas aussi bien que ce que les industriels promettaient ?

Non seulement, des résurgences se multiplient dans des populations très vaccinées ; mais de douloureux calculs générés par l’observation des populations vaccinées confirment que décidément ces vaccins sont peu efficaces…

Les experts clament qu’il s’agit d’une perte d’immunité à 6 mois post-vaccination !

Mais qui a montré (et comment ?) que 6 mois auparavant ces vaccins étaient efficaces à presque 100% ?

Réponse : les essais cliniques conduits et publiés par les industriels.

Or, pour n’importe quel professionnel, les résultats de ces essais n’étaient pas crédibles !

Dit autrement, la simple observation de la réalité par Madame Michu en Novembre 2021 rejoint la simple observation des professionnels des essais cliniques datant de Décembre 2020.

J’avais expliqué tout ça dans le Livre « Les vaccins à l’ère de la COVID-19 ».

C’est le moment de relire ces judicieuses analyses que bien peu, parmi les gens de bonne famille [qui étalent leurs science médicale dans les médias conventionnels ou les réseaux sociaux], ont pris l’habitude de citer. On peut citer pour critiquer ou pour louanger ; mais il faut citer !

Pourquoi faut-il citer ?

Parce que la critique des essais cliniques de l’industrie est la meilleure arme possible pour faire cesser l’hystérie vaccinaliste.

C’est le meilleur mais c’est surtout le SEUL argument imparable !

Dès que les essais cliniques ont perdu leur crédibilité, plus aucun argument pro-vaccinaliste n’est tenable !

La suite au prochain numéro.

 Michel de Lorgeril Politique de santéVaccins préventionvaccins

 

Que vaut vraiment l’essai Pfizer testant le vaccin antiCOVID ?

 07/11/2021

Dans le livre « Les vaccins à l’ère de la COVID-19 » publié en Avril 2021, j’expliquais les défauts des essais cliniques vantant les exploits des nouveaux vaccins antiCOVID dont celui de Pfizer.

Professionnel des essais cliniques et de l’évaluation scientifique des essais cliniques [mon premier exploit fut pour ma thèse de médecine soutenu en 1976 sur les pancréatites ; ça donne une bonne expérience…), j’ai immédiatement mis en exergue la très faible crédibilité des résultats de ces essais cliniques.

Restons sur le Pfizer !

Je n’ai pas prétendu que les investigateurs avaient triché ni menti. Il faudrait une enquête de police.

J’ai simplement montré que toutes les précautions exigées (notamment par les autorités sanitaires) pour rendre crédibles les résultats publiés n’avaient pas été respectées.

C’est un principe basique en recherche clinique.

Les enjeux sont très importants [en l’occurrence des milliards de doses injectées) et on ne peut (doit) pas faire confiance aux investigateurs et encore moins aux sponsors. Ce n’est pas un procès d’intention, c’est de la prudence !

En conséquence, on fait en sorte que l’essai soit conduit selon des règles précises et qu’il soit facile de vérifier que ces règles ont été respectées ; sans faire appel à la police.

Il était évident, dès Décembre 2020 et la publication des méthodes utilisées par les employés de Pfizer, que ces règles pouvaient ne pas être respectées.

Il y avait donc violation, au nez et à la barbe des autorités de santé et des ministères, des règles exigées habituellement pour la conduite des essais cliniques.

J’ai eu la grande surprise de constater que j’étais le seul à le dire ; alors que c’était évident pour un professionnel d’intelligence modérée, comme moi.

Absolument seul à le dire !

Je ne comprends toujours pas pourquoi j’étais seul : tant de sceptiques, de récalcitrants et de belles intelligences s’exprimant ici et là ; et personne ne disant (ne se révoltant contre) cette faillite de la démarche scientifique.

Pourquoi ce silence de tant de beaux esprits ?

Hypothèse primaire : les beaux parleurs (à Paris comme à Marseille) ne comprennent pas la médecine scientifique !

Le temps passant et ces beaux esprits s’exprimant à longueur de temps dans les médias conventionnels, cette hypothèse a été largement confirmée.

Finalement, ces jours-ci, les langues commencent à se délier et rien ne permet de dire quand cela va s’arrêter !

Je donne un exemple avec un article dans le British Medical Journal [une revue médicale très vaccinaliste d’habitude] publié le 2 Novembre 2021.

 

On y apprend, via une employée congédiée d’un sous-traitant de Pfizer, que les procédures habituelles lors d’un essai clinique n’ont pas été respectées. Je ne vais pas donner la liste de ces malfaçons…

Cette liste (de ces malfaçons) est impressionnante et témoigne soit d’un amateurisme confondant [c’est peu crédible] soit que nous avons affaire à une vaste entreprise de malfaisance qui ne pouvait être ignorée des employés (Directeurs, médecins et ingénieurs) de Pfizer…

La seule défense trouvée par Pfizer et la FDA (l’autorité sanitaire américaine qui aurait dû vérifier les bonnes pratiques de Pfizer) serait que le nombre de centres de recrutement des participants à l’essai Pfizer où ces malfaçons ont été observées (et dénoncées) est faible et que tout cela ne saurait remettre en question les résultats globaux de l’essai. Le miracle Pfizer ne doit pas être contesté.

Je conclus exactement le contraire : si les données récoltées dans 10 ou 15% des centres de recrutement pour alimenter la base de données générale sont avariées, tout est probablement pourri.

Au minimum, il serait urgent de vérifier ; scrupuleusement ; donc en ne laissant pas faire ce travail aux employés (complices ou incompétents ?) de la FDA. Prudence !

Comment puis-je savoir si les autres centres de recrutement ont bien travaillé si ni Pfizer ni la FDA n’ont fait correctement leur travail de surveillance ?

Avec, pire encore, la très forte suspicion que ces mauvaises pratiques étaient probablement « encouragées » [ou « permises »] par Pfizer afin d’obtenir les résultats miraculeux espérés…

Mais l’armada provax s’est mobilisé pour « atténuer » ces très mauvaises nouvelles. Par exemple, l’éditrice-en-chef du BMJ, une charmante lady très vaccinaliste, a essayé de minimiser le scandale (ci-dessous).

 

Cette Lady pleurniche à propos de ces mauvaise pratiques qui risquent de « plomber » la confiance du troupeau à vacciner.

Inutile de faire des commentaires des commentaires.

Mais je vois autre chose : sur sa liste des malfaçons, notre sympathique employée congédiée note que le double aveugle n’est pas respectée dans les centres de recrutement où elle-même opérait ; et elle s’étonne.

Pourquoi s’étonner quand l’absence de double aveugle était inscrite dans le protocole de l’essai Pfizer ?

Pfizer n’aurait donc, au moins sur ce point (c’est autre chose pour le reste de la liste) rien à se reprocher.

Qu’on se le dise : Pfizer n’avait aucune intention de faire du double aveugle ! C’était écrit dans le protocole ! Et j’étais curieusement seul pour le dire (bis repetita ; ça me fatigue…)

Les dés étaient donc pipés dès le départ !

Et c’est très certainement la même chose avec le vaccin MODERNA car, de même, les dés sont pipés dès le départ ; il suffit de lire le protocole pour le comprendre.

Peut-on demander à un Ministre de lire un protocole ? A un Sénateur ? Hum !

Covid-19, vaccins, académiciens et médias complices… État des lieux le 20 Novembre 2021

 20/11/2021

Ces jours-ci, notamment du fait de flambées percutantes dans de nombreux pays où sévissaient pourtant d’intenses campagnes de vaccination [il n’y a pas qu’en Israël que l’échec est patent], nos académiciens ne savent plus où donner de la tête.

Ils ont l’air d’être épuisés, abasourdis ; le Spectacle est réjouissant !

Ils ont rarement dit autant de bêtises ; ils se sont rarement autant contredits les uns et les autres.

Et les médias conventionnels, assez étonnés de l’évolution de la pandémie [les amateurs médiatiques ont l’avantage sur les professionnels de ne pas savoir inventer tous les jours de nouvelles hypothèses vaseuses] cherchent désespérément des interlocuteurs qui leur permettent de continuer à séduire les agences publicitaires sans se ridiculiser ; selon la règle princeps que pour attirer les publicitaires, il ne faut pas faire fuir les téléspectateurs en exposant trop violemment sa nullité…

Le académiciens et les universitaires (j’inclus les experts de l’INSERM et du CNRS), salariés de l’État, n’ont pas honte d’être ridicules mais ils sont quand même épuisés.

Besoin de repos tout ce misérable « tout petit monde » ! Je me réfère, les cultivés l’ont compris, au célèbre (et délicieux) roman de David Lodge dont les protagonistes sont aussi des universitaires…

Site du Dr Michel de Lorgeril : https://michel.delorgeril.info/

 

 

         Contact :

R. Erny

42A rue de Cernay

F-68850 STAFFELFELDEN

Télé Port : 06.72.53.46.51

Télé fixe :  09.69.80.36.52

email : qialimentation@qialim.eu

site : www.qialim.eu

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
Qi Alimentation équilibrée et saine suivant DrSeignalet et IG, acido-basique, méditerranéenne suivant Dr Lorgeril. © Roland Erny